Courrier à l’aimée

Publié le par ,,,Instantanés sourires

boitealettres.JPG

 

Mon amour, ma désirée,

 

J’ai fait comme tu m’as dit. J’ai mis mon texte dans ma boite à lettre, j’ai cliqué, et j’ai attendu. Mais ça fait si longtemps que j’attends que je te renvoie une nouvelle lettre. Tu me manques tant. Si longtemps sans te voir.

 

Souviens-toi, la dernière fois. Je venais de finir de lire ce témoignage des soldats de la grande guerre, la terrible celle de 14, où les champs se labouraient tous seuls, sans chevaux, sans charrues. Je lisais ce passage où un soldat venait en permission passer quelques jours à Paris. Oui, en ce temps là, seuls les pauvres faisaient la guerre dans des tranchées boueuses, les nantis étaient à l’abri, à l’arrière, comme on disait. Toujours est-il que ce soldat se remémore sa première soirée avec une femme de café, qui dansait contre lui, seulement vêtue, d’une petite robe en très fin tissus.

Un peu comme toi avec Jérémy ce soir là. La femme lui parlait à l’oreille comme toi à Jérémy. Puis pour te faire taire, il t’a clos ta bouche, avec la sienne, normal, vu que ses deux mains étaient occupées à te tenir pour la danse. Puis je vous ai perdu de vue. J’espère que tu n‘as pas eu un malaise, car je vous ai vu partir vers le fond de la salle, sans vous retourner, sans m’attendre.

Et, ballot, que je suis, je n’ai pas cherché à me frayer un passage dans la foule pour venir à ton aide. J’ai bêtement attendu. Et j’attends encore.

Voilà mon amour, mon aimée, ma désirée, ce que je voulais que tu saches.      

Ton bichounet.

 

 

 

 

Publié dans Jeux d'écriture

Commenter cet article